Sélection Participative -Projet SPEAL

Sélectionner et produire ses propres semences 

Les enjeux pour les espèces annuelles

La difficulté pour les agriculteurs pratiquant une agriculture à faibles niveaux d'intrants (peu ou pas d'engrais chimiques, de produits phytosanitaires, d'irrigation) est de s'approvisionner en semences d'espèces végétales adaptées à l'environnement pédo-climatique de leur exploitation et à leurs pratiques agricoles (par exemple les semis sous couverts...).

De plus, certains agriculteurs, et notamment les paysans-boulangers, recherchent des variétés de céréales aux qualités nutritionnelles et organoleptiques particulières.

Les variétés certifiées disponibles dans le commerce, produites en station expérimentale en conditions de culture intensives en eau et en énergie fossile exploitent difficilement leur potentiel en conditions de culture économes en intrants. Elles sont également relativement similaires en termes de qualités.

Accompagner les agriculteurs dans la sélection/production à la ferme de variétés paysannes de maïs, blé, tournesol

Semences certifiées, semences de ferme, semences paysannes, qué sa quo ?

Les semences certifiées, disponible dans le commerce sont nécessairement inscrites au catalogue officiel, cette inscription faisant office d'autorisation de mise en marché depuis 1960. Ces semences doivent respecter les critères de distinction, homogénéité et stabilité et sont en très grande majorité protégées par un Certificat d'Obtention Végétal (COV) -domaine privé.

Les semences de ferme sont issues de variétés certifiées, l'agriculteur ayant ressemé une partie de sa récolte d'une année sur l'autre. Elles sont interdites par la loi, même pour une autoconsommation de la récolte, ou dans le cas de 21 espèces spécifiques autorisées sous condition de versement d'une taxe devant rémunérer l'effort de recherche des entreprises semencières.

Les semences paysannes sont, quant à elles, des variétés libres de droits, non inscrites au catalogue officiel. Elles relèvent des ressources phytogénétiques patrimoniales et du droit collectif sur la biodiversité. Il est donc légal de les semer mais il reste interdit de les commercialiser, les donner ou les échanger en tant que semences. Les échanges ne peuvent se faire que sur de petites quantités, dans le cadre d'une dérogation à l'obligation d'inscription au catalogue accordée aux programmes de recherche, de sélection ou de conservation (éventuellement sous convention d'expérimentation). Il est cependant légal de commercialiser les produits issus de variétés non inscrites au catalogue (légume, farine, pain).

A la différence des lignées des variétés hybrides où le code génétique est identique chez tous les individus, il est question de populations pour les variétés paysannes, les individus étant tous génétiquement différents. Ces variétés sont obtenues par des croisements libres et une sélection au champs, dans des conditions de culture pour la production.

Une démarche collective à développer par et pour les agriculteurs avec l'appui de la Recherche

L'objectif du projet SPEAL, pour les espèces annuelles, est d'accompagner les agriculteurs volontaires dans la mise en place d'une démarche pérenne de sélection de nombreuses variétés de blé, maïs, tournesol adaptées à des systèmes culturaux agroécologiques, à faibles niveaux d'intrants, favorables à la biodiversité sauvage et cultivée.

Les agriculteurs participant bénéficient de l'appui méthodologique d'acteurs de la Recherche (équipe DEAP-centre INRA du Moulon en Île de France) et de l'expérience du Réseau Semences Paysannes dont l'ARDEAR du Centre est membre.

La sélection participative est une méthodologie de recherche qui associe les acteurs de la recherche agronomique et les professionnels aux étapes d'évaluation et de gestion en champs des ressources génétiques (variétés). Le programme de sélection participative sur des variétés population de blé tendre mené par l'Unité Mixte de Recherche en Génétique Végétale du centre INRA du Moulon et le Réseau Semences Paysannes depuis 2005 a montré que cette méthode est très performante pour le développement rapide de variétés variées, adaptées localement, en comparaison avec des variétés créées en stations de sélection.

Les variétés d'espèces annuelles obtenues dans le cadre des différentes expérimentations à la ferme seront identifiées au sein des bases de données de la Maison des Semences Paysannes de la région Centre (cf plaquette de présentation en bas de page) et pourront être multipliées au sein de chaque exploitation, par chaque agriculteur pour sa propre utilisation.

Les enjeux pour les espèces ligneuses

Les agriculteurs désireux de mettre en place des systèmes agroforestiers (système de production agroécologique qui associe production forestière linéaire et production agricole sur une même parcelle) sont confrontés à deux difficultés : d'une part, très peu de variétés améliorées forestières existent, d'autre part leurs parcelles sont souvent drainées, ce qui génère un frein à la réintroduction d'arbres.

Accompagner les pépiniéristes dans la sélection / production de variétés d'arbres adaptées à l'agroforesterie

L'Unité de Recherche Amélioration, Génétique et Physiologie Forestières du centre INRA d'Orléans, mène des recherches visant à évaluer et créer des variétés d'espèces précieuses intéressantes pour l'agroforesterie. Depuis fin 2010, en raison du développement exponentiel de l'agroforesterie en France, qui utilise de nombreuses espèces dont la plupart sans variétés de qualité, l'unité développe une stratégie alternative aux programmes d'amélioration classiques, lourds et coûteux, qui ne peuvent être multipliés et adapte la méthode de la sélection participative au contexte particulier des arbres, en travaillant en partenariat avec les pépiniéristes, les forestiers et les agriculteurs.

En savoir plus

Consultez la page dédiée au projet sur le site de l'INRA Val de Loire : SPEAL-INRA

 

Logo SPEAL

 

 Le projet SPEAL est co-fiancé depuis 2013 par le Conseil Régional du Centre-Val de Loire LogoRégion CentreVal de Loire

et a été soutenu de 2013 à 2016 par les Fondation de France et Fondation Daniel et Nina Carrasso.

              Logo Fondation de France  Logo Fondation Carasso. PNG