Divers-Général

Don

Mise à jour janvier 2020

La CIAP propose un prolongement au stage paysan créatif : le portage temporaire d'activité. Il s'agit d'un dispositif qui permet l’hébergement juridique, administratif et comptable de l’activité agricole naissante. L’entrepreneur à l'essai (EAE) peut ainsi développer son activité en situation réelle avec la possibilité d’obtenir un prêt jusqu’à 40 000 € HT pour préfinancer des investissements et de la trésorerie. En fin de portage, l'EAE s'engage à reprendre l’actif ou le passif de l'activité et à racheter l'outil de production : rétribution
du bénéfice sous forme de rémunération ou rachat du déficit et achat des investissements à la CIAP.

Au 31 janvier 2020, la CIAP compte 11 entrepreneurs à l'essai en portage pour 10 projets agricole (1 association) :
1 dans le Loiret, 2 dans le Cher, 3 dans l'Indre, 1 dans l'Indre et loir, 4 dans le Loir et Cher
10 en AB

 

Anaïs Bigard et Raphaël Trigano
ARDENAIS - 18

ImageArticle

Entrées : nov 2018 et juillet 2019 EAE 18 Anaïs B Raphaël T

- Projet d'association 

- Maraîchage diversifié

 

 AB

 

 

Lisa Buisson
LORRIS - 45

 LB minEntrée : nov 2018 en cours de sortie

- Poules pondeuses

EAE 45 Lisa Buisson

 

 

 

 AB

 

 

Romain Moreau
CROZON SUR VAUVRE - 36

RM min

Entrée : mars 2019

- Maraîchage et transformation (chutney, tartinades...)EAE 36 Romain Moreau

- Marque : "Paysan cuisinier"

 

 

 AB

 

 

Romain Lombard
MEOBECQ- 36

RL min

  Entrée : mars 2019

- Lapins pour la viande et transformation

 

EAE 36 Romain Lombard

 

 

 

AB

 

 

 

 

Mélanie Bournez
MONTHOU SUR BIEVRE - 41

 MB minEntrée : mars 2019

- Plantes aromatiques et médicinalesEAE 41 Mélanie Bournez

- Transformation : pesto, sels, confits, tisanes

 - Projet sur une ferme en transmissionAB

- Marque : "mémé dans les orties"

 

https://www.facebook.com/memedanslesorties41/

 

Emilie Guillon
LES ESSARTS - 41

EG min

Entrée : mars 2019

- Poules pondeuses et poules de chairEAE 41 Emilie Guillon

- Transformation farine : nouilles artisanales (sèches et fraîches)

- Projet sur une ferme en transmissionAB

 - Marque : "La ferme d'Alberte"

 

https://www.facebook.com/pg/La-Ferme-dAlberte-167189413961376/posts/

 

Christine Métrard
LIGNIERES DE TOURAINE - 37

CM

Entrée : mars 2019EAE 37 Christine Métrard

- Maraîchage diversifié et poules pondeuses

 - Marque "Le champ du pic vert"

AB

 

 

 

Philippe Pavageau
BELÂBRE - 36

 PP minEntrée : juillet 2019

- Apiculture et mielsEAE 36 Philippe Pavageau

- Marque "L'abeille et la bête"

 https://www.labeilleetlabete.com/

 

 

 

 

Didier Jacob
SAINT LUBIN EN VERGONNOIS - 41

DJ min

 Entrée : juillet 2019EAE 41 Didier Jacob 41 copie

- Maraîchage diversifié et poules pondeuses

 

AB

 

 

 

 

 

Bertrand Rosey
CHEVERNY - 41

BR min

Entrée : janvier 2020

EAE 41 Bertrand Rosey 41 copie

- Plantes aromatiques et médicinales

- Transformation : tisanes, sirops, pestos, sels

 - Marque : "Les jardins de pam"

AB

https://www.facebook.com/lesjardinsdepam/

 

Prochaines entrées prévues en juin 2020

Le stage paysan créatif est un dispositif (né en 2017 en région Centre Val de Loire) porté par la CIAP Centre-Val dphoto venue de F.Bonneaue Loire. Il s'agit d'une étape clé de l’accompagnement proposé par la CIAP pour favoriser des installations progressives.

Il a été créé en vue d’accompagner les porteurs de projet agricoles à se professionnaliser et ainsi à mieux définir leur projet d’installation. Les objectifs de cette formation pour le stagiaire sont de dimensionner son projet, en terme de production, d’investissement, de temps
de travail et de revenu ; de mettre en place progressivement son outil de production et de se l’approprier ; d'ancrer son projet d’installation sur son territoire et le faire évoluer afin de le rendre viable et pérenne.

Légende : 28 février 2018, visite de F. Bonneau des promotions 2017-2018 du stage paysan créatif

 

Le stage paysan créatif se déroule sur 12 mois et permet aux 14 porteurs de projet sélectionnés d’avoir, répartis sur l’année :

- 18 jours de formation en regroupement collectif, sur différents thèmes : démarche d’installation, dimensionnement économique du projet, choix des statuts, communication, commercialisation, accès aux financements, capacité à gérer une exploitation, accès au foncier…,
- Du temps en stage chez un ou deux paysans accueillants (en moyenne 3jours/semaine),
- Du temps de stage sur son propre site d’installation quand il est déjà identifié,
- Et un accompagnement/suivi individuel par des animateurs expérimentés avec notamment la possibilité de définir un parcours de formations supplémentaire personnalisé.

 

Le stage paysan créatif s'adresse aux femmes et aux hommes ayant un projet d’installation en agriculture paysanne en région Centre-Val de Loire. Priorité donnée aux personnes disposant d’un diplôme agricole ou d’une validation des acquis de l’expérience.

Le porteur de projet bénéficie du statut de stagiaire de la formation professionnelle. Il est indemnisé soit par Pôle emploi, soit par la Région Centre-Val de Loire pour l’année entière.

En 2020, deux promotions stage paysan créatif verront le jour avec un premier démarrage en janvier 2020 et un autre en septembre 2020.

Le porteur de projet, normalement déjà bien avancé dans la réflexion de son projet agricole, a souvent besoin d’un coup de pouce pour aboutir à un projet finalisé et plus concret avant l’installation. Le stage paysan créatif est le tremplin vers l'installation : il permet d’être déjà dans la réalité agricole et de prendre le temps de clarifier les démarches et les besoins de son propre projet. Il accompagne à la dimension entrepreneuriale du projet agricole.

Pour plus d'informations, contact : Cédric Bernard, directeur-salarié de la CIAP, en charge de la coordination du stage paysan créatif, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., 02 54 43 32 94

 

Invite une page

Qu'est-ce que la Biodiversité domestique ?

La biodiversité domestique, une grande richesse...

La biodiversité exprime la variabilité, sous toutes ses formes, des organismes vivants (écosystèmes, espèces, gènes...). Même si la limite est parfois floue, on peut distinguer la biodiversité sauvage (faune et flore naturelles) et la biodiversité domestique (races et variétés domestiquées par l'homme). La domestication des espèces naturelles, la pression de sélection puis les croisements dirigés ont permis aux Hommes de créer une très grande diversité de races fermières et de variétés cultivées qui reflétaient les conditions environnementales et les orientations agricoles locales. L’âge d’or de la biodiversité domestique a été atteint au la fin du 19ème siècle. C’est à cette époque, grâce notamment à une meilleure connaissance des mécanismes de l’hérédité, que l’essentiel des races bouchères et de nombreuses variétés potagères ont été fixées. Cette fraction de la biodiversité, adaptée ou créée par l’Homme, constitue une véritable "réserve génétique".

...aujourd'hui menacée...

Les progrès incessants de la science et la modernisation de l'agriculture commencée dans les années 1960, ont conduit à l'uniformisation des races et variétés utilisées. Une portion considérable d’anciennes races et variétés a été délaissée au profit de quelques ressources sans cesse améliorées ou de nouvelles créations plus productives, homogènes, et répondant aux exigences de l’industrie agro-alimentaire. Des dizaines de races et variétés sont actuellement menacées d'extinction et/ou d'érosion génétique (liste officielle nationale). Elles ont souvent été maintenues dans un cercle d’éleveurs ou de jardiniers amateurs, parfois très restreint ; d’autres ne sont présentes que dans des banques de ressources ou des collections, ou encore semblent complètement perdues. Une prise de conscience de l'importance de sauvegarder cette biodiversité, fruit du travail de sélection des hommes depuis des millénaires, a débuté dans les années 80, comme en témoigne l'émergence de Centres Régionaux de Ressources Génétiques à cette période. La conservation et l’utilisation des ressources génétiques agricoles et alimentaires font l’objet de plusieurs accords internationaux dont la France est signataire : la Convention pour la Diversité Biologique de 1992 (agenda 21), le protocole de Nagoya de 2010 et le Traité International sur les Ressources Phytogénétiques de 2001. Ces traités posent en préambule que la conservation des ressources génétiques est une préoccupation commune à l’humanité et que chaque état est responsable de leur conservation et de leur utilisation durable.

... mais au fort potentiel !

Le réservoir constitué par les races et variétés de pays est indispensable à l’innovation et permet de répondre aux changements sociétaux et environnementaux actuels et futurs. Cette biodiversité domestique est en effet source de création de valeur, de réponse à des enjeux sanitaires, environnementaux, économiques, sociétaux importants. En effet, elle présente des intérêts multiples et complémentaires :​ Intérêt génétique : faire face aux incertitudes de l'avenir (modification des goûts, problèmes sanitaires, changements climatiques...), Intérêt économique : répondre à de nouvelles demandes des consommateurs, trouver des voies de diversification pour les producteurs agricoles, les acteurs du tourisme et de la gastronomie Intérêt patrimonial : contribuer à l’identité d’un territoire, à son rayonnement touristique et gastronomique, Intérêt environnemental : produire des races et variétés adaptées au territoire, contribuer au développement d'une agriculture paysanne, respectueuse de l'environnement et de l'humain, développer de nouvelles perspectives dans le champs de l'écopâturage et l'écopastoralisme, la réduction des déchets alimentaire, la lutte biologique, le paysage... Intérêt hédonique : on oublie trop souvent le plaisir et la beauté. Les trésors vivants contribuent aussi à conserver une richesse dans les formes, les couleurs, les goûts et les saveurs de nos paysages et de nos assiettes !

URGC

Sauvegarde et valorisation des races et variétés locales

La biodiversité domestique de la Région Centre Val de Loire

Les ressources génétiques agricoles et alimentaires sont pour la plupart rattachées culturellement et historiquement à un territoire, région naturelle ou micro-région. On parle de races et variétés locales.

La région Centre-Val de Loire possède un important patrimoine génétique : 14 races animales locales à faibles effectifs et près de 500 variétés végétales cultivées répertoriées à ce jour. Ces races et variétés locales sont très fragiles et fortement soumises aux risques d’érosion génétique. Elles ont souvent été maintenues dans un cercle d’éleveurs ou de jardiniers amateurs, parfois très restreint ; d’autres ne sont présentes que dans des banques de ressources ou des collections, ou encore semblent complètement perdues.

L’objectif de l’URGC est de porter à connaissance ces ressources, de les rendre saines génétiquement et disponibles pour ces projets de valorisation sur les territoires du Centre-Val de Loire.

Une progression logique des actions, de la sauvegarde à la valorisation

La mise en oeuvre des actions de l'URGC obéit à une progression logique, de la sauvegarde à la valorisation, dans l'objectif de redonner à la biodiversité domestique une place dans le paysage agricole et culinaire de la Région Centre Val de Loire. ​ Les deux premiers domaines relèvent de la sauvegarde : inventaire (répertorier et décrire les ressources) et conservation (sécuriser l’existence des ressources). Le troisième domaine, l’expérimentation (évaluer les potentiels de valorisation) mène aux actions de valorisation, agricoles et alimentaires.

L’URGC souhaite une (ré)appropriation et une utilisation durable des races et variétés locales par les acteurs du territoire. L’ensemble de ces actions sont donc menées en partenariat avec les collectifs de producteurs et d’acteurs impliqués dans ce mouvement. L'URGC assure la coordination et l'accompagnement technique et organisationnel de l'ensemble de ces projets, garant d'une sauvegarde et d'une valorisation durable des ressources génétiques. ​ Dans la mesure du possible, les projets de valorisation sont confiés à des partenaires économiques opérationnels afin de favoriser l’implication des acteurs du territoire. L’URGC travaille, selon les cas, en partenariat ou comme expert-conseil auprès de ces acteurs. Ces partenaires opérationnels sont obligatoirement adhérents à l’URGC : ce peuvent être des associations de producteurs d’une race ou d’une groupe de variétés, des associations de promotion des territoires et patrimoines du Centre-Val de Loire, et parfois des entreprises.

Mission de sensibilisation et d’éducation

Parallèlement à ces missions de sauvegarde et de valorisation, l’URGC contribue à la sensibilisation ou la formation sur la biodiversité domestique en général, et les Trésors vivants du Centre en particulier. Dans la mesure du possible, ces actions sont participatives et ont pour objectif d'impliquer le public dans la sauvegarde ou la valorisation des trésors vivants : réalisation de recettes par des élèves de SEGPA ou de lycées hôteliers, participation au développement d'une application de reconnaissance des variétés locales par des lycéens, description d'une variété de haricot tout juste retrouvée par des collégiens, analyses génétiques de cépages par des lycéens...

L’URGC au sein de la communauté nationale et internationale des ressources génétiques

L’URGC est engagée auprès de plusieurs structures institutionnelles placées sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture et du Ministère de l’Environnement pour contribuer au respect des engagements internationaux de la France en matière des ressources génétiques et favoriser leur valorisation agricole en contribuant à faire évoluer la réglementation. Elle participe à des études scientifiques pour améliorer les méthodes de sécurisation des ressources et pour améliorer les références techniques en vue de leur valorisation agricole. Elle participe, au sein du réseau des conservatoires régionaux à la veille des dispositifs financiers et administratifs en faveur de la sauvegarde et valorisation ressources génétiques.

Solidarité Paysans Centre

Soutenir les agriculteur.trice.s dans les moments difficiles

Association de défense des agriculteur.trice.s en difficulté et de lutte contre l’exclusion en milieu rural, elle a vocation à accompagner et défendre les familles, aider les agriculteurs à faire valoir leurs droits et préserver l’emploi agricole.LOGO SP

Contexte

Sous prétexte d'une adaptation à l'économie dominante, les orientations successives des politiques agricoles, favorisant la concentration des moyens de production, ont généré des crises à répétition aux conséquences sociales désastreuses.

A partir d'une situation de fragilité, il faut peu de chose pour basculer dans l'engrenage des difficultés. Il suffit d'une chute brutale des prix, d'un financement inadapté, d'un problème familial ou de santé… L'agriculteur.trice se trouve alors très rapidement en rupture avec son environnement. Viennent ensuite l'isolement, le sentiment d'échec personnel, le risque de perdre un outil de travail auquel il est affectivement attaché, les menaces sur la maison d'habitation, l'impossibilité de trouver seul une issue.

Solidarité Paysans en Région Centre-Val de loire

Fin 2016, les intempéries qui ont touché la Région Centre-Val de Loire ont aggravé d’autant plus la situation socio-économique déjà préoccupante de nombreux agriculteur.trice.s. Face à ce constat, des paysans et des paysannes des réseaux Confédération paysanne Centre, ARDEAR et InPACT Centre, touché.e.s par la détresse de certain.e.s de leurs pairs, se sont mobilisé.e.s pour trouver des solutions pertinentes à leur apporter. Après plusieurs mois de réflexion et de structuration, l’association Solidarité Paysans Centre-Val de Loire a vu le jour le 27 juin 2017.

Missions et activités de l'association

Les accompagnements menés par Solidarité Paysans Centre-Val de Loire sont essentiellement réalisés par des binômes de bénévoles ou de salariée/bénévole. En effet, les bénévoles sont majoritairement des agriculteur.trice.s en activité ou retraités. Ils connaissent mieux que quiconque le métier de responsable d’exploitation ainsi que le contexte économique et réglementaire agricole. De fait, ils ont également des connaissances générales en matière de comptabilité et gestion.

Leur présence est primordiale pour établir une relation de confiance et de bienveillance, pour évaluer le fonctionnement de l’entreprise agricole, pour témoigner des implications concrètes des procédures collectives et répondre aux interrogations et angoisses qu’elles engendrent. Pour mener à bien leurs missions, les équipes bénévoles sont également formées de manière continue, tant au niveau de la posture d’accompagnement que sur des compétences plus techniques.

Solidarité Paysans Centre

Soutenir les agriculteur.trice.s dans les moments difficiles

Association de défense des agriculteur.trice.s en difficulté et de lutte contre l’exclusion en milieu rural, elle a vocation à accompagner et défendre les familles, aider les agriculteurs à faire valoir leurs droits et préserver l’emploi agricole.LOGO SP

Contexte

Sous prétexte d'une adaptation à l'économie dominante, les orientations successives des politiques agricoles, favorisant la concentration des moyens de production, ont généré des crises à répétition aux conséquences sociales désastreuses.

A partir d'une situation de fragilité, il faut peu de chose pour basculer dans l'engrenage des difficultés. Il suffit d'une chute brutale des prix, d'un financement inadapté, d'un problème familial ou de santé… L'agriculteur.trice se trouve alors très rapidement en rupture avec son environnement. Viennent ensuite l'isolement, le sentiment d'échec personnel, le risque de perdre un outil de travail auquel il est affectivement attaché, les menaces sur la maison d'habitation, l'impossibilité de trouver seul une issue.

Solidarité Paysans en Région Centre-Val de Loire

Fin 2016, les intempéries qui ont touché la Région Centre-Val de Loire ont aggravé d’autant plus la situation socio-économique déjà préoccupante de nombreux agriculteur.trice.s. Face à ce constat, des paysans et des paysannes des réseaux Confédération paysanne Centre, ARDEAR et InPACT Centre, touché.e.s par la détresse de certain.e.s de leurs pairs, se sont mobilisé.e.s pour trouver des solutions pertinentes à leur apporter. Après plusieurs mois de réflexion et de structuration, l’association Solidarité Paysans Centre-Val de Loire a vu le jour le 27 juin 2017.

Missions et activités de l'association

Les accompagnements menés par Solidarité Paysans Centre-Val de Loire sont essentiellement réalisés par des binômes de bénévoles ou de salariée/bénévole. En effet, les bénévoles sont majoritairement des agriculteur.trice.s en activité ou retraités. Ils connaissent mieux que quiconque le métier de responsable d’exploitation ainsi que le contexte économique et réglementaire agricole. De fait, ils ont également des connaissances générales en matière de comptabilité et gestion.

Leur présence est primordiale pour établir une relation de confiance et de bienveillance, pour évaluer le fonctionnement de l’entreprise agricole, pour témoigner des implications concrètes des procédures collectives et répondre aux interrogations et angoisses qu’elles engendrent. Pour mener à bien leurs missions, les équipes bénévoles sont également formées de manière continue, tant au niveau de la posture d’accompagnement que sur des compétences plus techniques.

Detail

Titre du groupe

Date de création

Structures d'accompagnement

Commune de l'agriculteur référent

Site web du groupe

Description

Type de production

Objectif du groupe