ARDEAR

  • Offre d'emploi : L'ARDEAR recrute un.e coordinateur.ice !

    L'ARDEAR recrute un.e coordinateur.ice spécialisé.e en ingénierie de la formation. 5 ans d'expérience minimum. Plus d'infos dans l'offre ci-dessous.

  • Réseau ADEAR : vos formations en région Centre-Val de Loire - mars - avril - mai 2020

    L'activité de formation du réseau des ADEAR de la région Centre ne cesse d'innover, en réponse aux demandes des paysans en activité ou en fin de carrière et des porteurs de projets d'installation agricole. Tous apprécient l’adaptation des contenus à leurs attentes.

    Le réseau est fier de vous présenter les formations pour les trois prochains mois. N'hésitez pas à contacter chaque responsable de stage-formateur et à télécharger les flyers ci-dessous :

  • ADEAR 37 : le retour de la formation "De l'idée au projet"

    En 2020 la formation "De l'idée au projet" reprend pour une nouvelle session !

    Une formation de cinq journées réparties sur deux mois pour affiner son projet agricole en se posant les bonnes questions grâce à des visites de ferme, des témoignages de paysan·nes, des travaux de groupe.

    Venez construire votre plan d'actions pour les mois et années à venir.

    Les 14 et 26 mai, 4, 16 et 23 juin, en Indre-et-Loire.

    Renseignements auprès de Valentine Deprez - ADEAR 37 : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 09 66 89 52 16

    IDauprojet2020

  • Portrait de l’ADEAR 37, une association au service de l’installation agricole en Touraine !

    L’Association pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural d’Indre-et-Loire se dévoile le temps d'une émission de radio. Écoutez Valentine Deprez (salariée de l'association) sur Radio Active. Le portrait de l'association y sera dépeint.

    Voici le podcast : cliquez-sur le lien

     

  • La transmission des fermes au cœur des échanges : l’ADEAR 37 s’engage

    La salle communale de La Celle-Guénand a accueilli vendredi 14 février 2019, quarante-cinq personnes. L’Association pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural d’Indre-et-Loire et la communauté de commune du Lochois se mobilisent dans le Sud Touraine autour des thématiques phares telles que l’installation et la transmission. Ce moment convivial fait suite aux « Ateliers de la transmission » temps fort de l’année 2018.

  • L'ADEARI et la Confédération paysanne de l'Indre recrutent !

    L'ADEARI et la Confédération paysanne de l'Indre recrutent en CDI (75%) sur un poste d'animation Conf' et animation des groupes changement de pratique ADEARI.

    Voici l'annonce :

     

  • S'installer ou transmettre, commençons par en discuter avec l'ADEAR 37

    Vous souhaitez transmettre ou reprendre une ferme, créer votre activité agricole dans le sud Touraine ? Vous avez besoin de nouer des contacts ? Vous souhaitez connaître nos dispositifs d'accompagnement ?
    Ce temps d'échange est pour vous !

  • ADDEAR 41 : les apéros de l'installation

    L'ADDEAR41 propose un apéro installation le jeudi 6 février 2020 de 17h00 à Thésée.

    Ce temps convivial se déroulera au domaine des Jardins de Théseiis.

  • Lancement du projet d’Animation régionale des partenariats pour l’innovation et le développement agricole

    Le réseau des ADEAR en lien avec plusieurs structures du réseau InPACT Centre (AFOCG 45, Solidarité Paysans, BioCentre, Terre de Liens, CIAP CVL) lancent un projet ARPIDA (Animation régionale des partenariats pour l’innovation et le développement agricole) dont l’objectif est de “développer, capitaliser et diffuser les connaissances sur les modes de transmission et de reprise innovants pour favoriser et faciliter les transmissions en région Centre-Val de Loire.

    Ce projet est d’une durée de deux ans à partir de juillet 2019. Il a pour objectif de valoriser les transmissions réussies, les territoires innovants en terme de transmission, de définir un cadre d’accompagnement partagé entre structures et de développer les outils pertinents pour permettre le renouvellement des générations agricoles.

    Le premier comité de pilotage (COPIL) a eu lieu le mardi 3 décembre à Blois. Il sera suivi d’une réunion du comité de suivi et d’évaluation (CSE) ouvert aux partenaires extérieurs travaillant sur les questions de transmissions agricoles (chambres d’agriculture, l’université de Tours, la MSA, les CUMA, le conseil régional, la DRAAF, les banques, la SAFER, les coopératives agricoles...)

    Contact : Sophie Lebrou : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 02 54 43 32 94

  • Rencontre régionale en Eure-et-Loire

    A l’occasion de la clôture de SPEAL II (Sélection participative des espèces annuelles et ligneuses), projet régional coordonné par l’INRA d’Orléans SPEAL et financé par le Conseil régional dans le cadre du dispositif recherche-innovation, l’ARDEAR Centre-Val de Loire a organisé le 25 juin 2019 une rencontre régionale sur les semences paysannes dans la ferme d’Orvilliers, d’Adrien et Benjamin Pelletier à Broué en Eure-et-Loire (28).

    Adrien Pelletier sélectionne et créé depuis 10 ans des variétés de blés pour la production en AB, qui sont transformés en farine à la ferme, et panifiées sur place puis vendues à la boulangerie également intégrée à la ferme. Par ailleurs, une plate-forme d’agroforesterie est développée sur la ferme.

    Plus de 40 personnes sont venues le 25 juin pour s’informer sur les semences paysannes, découvrir la dynamique régionale de sélection participative et visiter les plateformes de sélection des blés et des arbres pour l’agroforeterie : des scientifiques de l’INRA, des citoyen.nes investi.es dans une association locale, des paysan.nes des différents départements de la région Centre et de régions voisines qui réfléchissent à leurs pratiques, des porteurs de projet à l’installation à la recherche d’expériences et de connaissances, des artisans-boulangers, les salariées des structures d’accompagnement impliquées (ARDEAR et ADEAR des 6 départements).

    Cette rencontre fut aussi l’occasion de réfléchir collectivement aux perspectives de développement des semences paysannes et produits issus de ces semences, notamment à travers la structuration de la maison des semences paysannes régionale…

    Contact : Elodie Baritaux : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  / 02 54 43 32 94

  • Structuration de la Maison des semences paysannes régionale

    Grâce au dispositif de financement régional Innovation – Agroécologie, nous avons pu lancer cette année un nouveau programme d’actions pour structurer une Maison des semences paysannes régionale

    Pourquoi une Maison des semences paysannes ? Pour formaliser une organisation collective permettant la protection des semences paysannes et de la sélection paysanne, et favoriser échanges de semences et les partages de savoir-faire au niveau local malgré un cadre réglementaire défavorable.

    L'intérêt d'une organisation régionale ? Permettre de suivre et échanger un plus grand nombre d’espèces et de variétés, pouvoir mutualiser et capitaliser des savoirs et des pratiques entre les collectifs locaux, être plus forts faces aux organisations qui veulent imposer une approche unique et réglementée de la production de semences, mener une réflexion collective sur les enjeux, construire des outils partagés, mieux protéger et faire reconnaître le travail de sélection des paysans, obtenir des moyens humains et financiers pour l’appui-accompagnement des paysans et collectifs locaux…

    Les travaux ont commencé en cours d’année, avec notamment un état des lieux réalisé par Solenne Galais, en stage à l’ARDEAR CVL de juin à septembre 2019.

    Une nouvelle avancée de la réflexion collective se fera le 17 décembre prochain, grâce à une journée de travail RÉGIONALE sur la Structuration de la Maison des semences paysannes (MSP) du Centre-Val de Loire organisée par l’ARDEAR CVL à Romorantin.

    Ce temps collectif réunissant paysans et animateurs des collectifs permettra de définir les règles d’une organisation collective concrète, permettant d’encadrer et de sécuriser le travail de sélection par les paysans et la diffusion des semences paysannes en région Centre VL.

    Cette dynamique régionale s’appuie évidemment sur les expérimentations et résultats des groupes locaux, dont l’ARDEAR appuie les travaux…

    Contact :Elodie Baritaux : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  / 02 54 43 32 94

  • Perspectives de développement pour les semences paysannes

    Face à l’appauvrissement accéléré de la biodiversité cultivée et au changement climatique, les semences paysannes constituent un formidable levier d’autonomisation des exploitations et des agriculteurs et développement de l’agro-écologie dans les fermes.

    Issues de populations dynamiques sélectionnées et multipliées par et pour les paysans dans leurs champs, les semences paysannes sont capables de s’adapter aux conditions pédo-climatiques locales. En outre, les variétés paysannes sont à l’origine de produits de grande qualité à haute valeur ajoutée, commercialisables en circuits de proximité.

    La question des semences est donc au cœur du projet d’agriculture paysanne, et constitue un volet important de notre accompagnement.

    Au cours des derniers mois, le travail mené à l’ARDEAR et dans le réseau des ADEAR en 2019 a permis de consolider les actions en cours, et d’ouvrir des perspectives de développement pour les semences paysannes et produits issus de ces semences.

    Outre les rencontres de collectifs locaux autour de la sélection des blés ou des maïs population, animées par les ADEAR départementales, une rencontre régionale a eu lieu au mois de juin, et plusieurs programme d’action régionaux ont été lancés cette année.

    Contact : Elodie Baritaux :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 02 54 43 32 94

  • Permettre les installations créatives sur notre territoire

    Le stage « paysan créatif » est une formation d'un an qui permet au stagiaire de s'installer progressivement à son compte. Porté par l'ARDEAR depuis 2017 et depuis 2020 par la CIAP Centre-Val de Loire, ce cursus comprend 210 heures de théorie et 1 617 heures de pratique. Elle vise à donner aux futurs paysans les bases pour monter leur ferme et adopter une posture d'entrepreneur.

    Avec cette formation, les porteurs de projet bénéficient pendant un an du statut de « stagiaire de la formation professionnelle », ce qui leur permet de toucher une indemnité versée par le Conseil régional ou par Pôle emploi. 

    Le taux de réussite est convaincant, puisque, sur la première promotion à ce jour, 50 % des stagiaires se sont installés, 40 % sont retournés à un emploi agricole ou hors agricole. 10% sont en cours de modification de la temporalité de leur installation.

    80 % des stagiaires ne sont pas originaires du monde agricole.

    Des bénéfices moins quantifiables s'ajoutent à ces chiffres encourageants. L'accès au foncier est facilité par le fait d'être identifié sur le territoire comme futur professionnel qui fait ses preuves au quotidien dans le réseau local. Les liens créés en amont de l'installation sont un vrai soutien pour le reste de la vie de l'exploitation et contribuent à sa pérennité.

    Ce dispositif se veut complémentaire du cursus classique de l'installation agricole. Il concerne bien sûr les reprises d'exploitations existantes, mais s'adresse surtout à des projets créatifs, où le jeune ne met pas forcément ses bottes dans les pas du cédant.

    Pour plus d'informations prendre contact auprès de la CIAP Centre-Val de Loire au 02 54 43 32 94

     

  • L' addear 18 : un apéro installation spécial statuts agricoles

    Vous avez-envie d'en savoir plus sur les statuts agricoles ?

    dhfjahfhfkjbcacn

     

  • L’ADDEAR 18 a besoin de vous

    soutenez lADDEAR 18

  • L'ADEARI organise un apéro-installation mardi 26 novembre 2019

    L'ADEARI organise un apéro-installation mardi 26 novembre 2019 chez Pablo Berneau et Manon Garibal, les Mêlés MONTCHEVRIER (36300)

    Pablo et Manon sont installé.e.s en maraîchage bio, vente directe, depuis janvier 2019. Ils ont tous les deux suivi le stage paysan créatif en 2018. L’apéro installation est une rencontre conviviale organisée pour les porteur.se.s de projets et les nouveaux et nouvelles installé.e.s. Cette rencontre a pour objectif de permettre de partager des infos et confronter les idées/projets d’installation pour un enrichissement mutuel.

  • A vos CV : l'ARDEAR Centre-Val de Loire recrute !

    L'ARDEAR Centre-Val de Loire (Blois) lance un recrutement en CDD à 80 % (évolutif vers un CDI) pour co-animer la dynamique régionale autour des semences paysannes.

  • 100 installations accompagnées par l'ADEAR 37, ça se fête !

    Le prieuré du Louroux a accueilli le 10 novembre 2019 environ quatre-vingt personnes. L’Association pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural a tenu une grande fête, réunissant toutes les personnes ayant été accompagnées par l’association depuis 10 ans, des paysans et des futurs paysans, mais aussi des citoyens et des sympathisants. Cette journée familiale a permis de créer du lien entre les différents participants et d’imaginer le futur de manière collective.

    Cette journée a été rythmée par des jeux de présentation, un repas partagé issu de produits paysans, un temps de réflexion sous forme de trois tables rondes (optimiser la logistique de livraison en sud Touraine, le diagnostic agriculture paysanne et l’organisation d'un marché militant sur des fermes).

    Cette fête était également l’occasion d’échanger sur les projets des personnes souhaitant s’installer, de découvrir pour certains les activités de l’association notamment les différents dispositifs proposés par l’ADEAR 37 : l'accompagnement à la transmission et à l'installation (via la formation de l'idée au projet, le stage paysan créatif et la Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne), les temps collectifs et le tutorat. L'occasion aussi de parler des liens de l'ADEAR et de la Confédération paysanne qui militent ensemble pour l'installation de paysan·nes nombreux. Ce fut un moment convivial de retrouvailles et de projets.

    Pour en savoir plus sur l’accompagnement proposé dans le département d’Indre-et-Loire :  ici   / 09 66 89 52 16 /  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     A

  • La fête paysanne du Cher fût un succès !

    Ce n'est ni la pluie, ni les rafales de vent qui ont empêché la fête de l'agriculture paysanne du Cher d'être un succès.
    C'est plus de 600 personnes qui ont été accueillies tout au long de la journée, 160 repas servis, une vingtaine de producteurs derrière un stand commun ou non et autant d'associations et d'artisans du département du Cher mais pas que !
    Wilfried a embarqué avec lui de nombreux intéressés pour la balade nature qui ouvrait la journée. Les 2 visites de ferme étaient aussi très attendues.
    La conférence "bien vivre sur une petite ferme" a fortement attiré l'attention d'une cinquantaine de personne dans l'après midi.
    Sans oublier la déambulation des brank's, dernier ingrédient pour rendre parfaite cette journée !

    32

  • Un coup de pouce pour une reprise de ferme (la Guilbardière), en investissant dans des parts du groupement foncier agricole !

    Voici ci-dessous un article écrit par Catherine SIMON (journaliste, responsable de la rédaction de Loir-et-Cher) récapitulant le projet. Accompagnés et soutenus par le réseau des ADEAR . Merci d'avance pour votre soutien et le relai de l'information !

     

    ARTICLE DE LA NR / Publié le 07/10/2019 à 04:55 | Mis à jour le 07/10/2019 à 15:04

     

    Loir-et-Cher : ferme paysanne bio cherche sociétaires militants

     5d9a8ea5210fa9c32d8b471e© Photo NR

    Les cinq jeunes repreneurs de la ferme de la Guilbardière à Monthou- sur-Bièvre proposent aux citoyens motivés de devenir leurs propriétaires.

    Être copropriétaire d’une ferme bio, qui produit du lait et du fromage frais de vache, des pâtes à partir de son blé de variété ancienne, des plantes aromatiques, ça vous tente ? D’ici quelques jours, il sera possible, moyennant une participation minimale de 100 €, de devenir sociétaire de la ferme de la Guilbardière, à Monthou-sur-Bièvre. Mathieu Liaigre, Bertrand Monier, Emily Destaerke-Fontaine, Mélanie Bournez et Melaine Travert, les cinq jeunes trentenaires qui reprendront au 1er février 2020 l’activité créée par Anne Martin et Gilles Guellier, ont en effet décidé de susciter la création d’un groupement foncier agricole (GFA), l’équivalent d’une société civile immobilière, ouvert à tous, pour acheter les bâtiments de la ferme.

    « Il y a deux idées dans ce groupement foncier agricole, explique Emily, soulager notre niveau d’investissement en nous permettant de nous concentrer sur les moyens de production, et sécuriser l’avenir de la Guilbardière en garantissant le respect de nos valeurs communes. » L’achat collectif des bâtiments – et plus tard si l’occasion s’en présente, de terres – permettra en effet plus facilement aux associés de rentrer et sortir, tout en préservant l’intégrité de la ferme, et en évitant qu’elle soit rachetée pour d’autres projets que celui d’une agriculture bio et paysanne que les cinq jeunes repreneurs entendent pérenniser.

    « Ce GFA ne sera pas un placement financier, car il n’y aura pas de rémunération des porteurs de parts sociales, souligne Mathieu, c’est plutôt un acte citoyen. Au-delà de l’investissement financier, l’apport de compétences pour la partie administrative et la gestion locative sera aussi le bienvenu ! »
    Premier pallier à 120.000 € Le premier pallier à atteindre a été fixé à 120.000 € pour pouvoir acquérir le premier bâtiment, la salle d’accueil pédagogique. Puis, en fonction de la somme collectée par le GFA, seront rachetés le bâtiment d’élevage, la fromagerie, le vieux bâtiment et le bureau, pour un total d’investissement de 402.000 €.

    « Nous avons fixé le montant de la part sociale à 100 € pour permettre au plus grand nombre de s’investir, précise Emily, et la limite à 20 % des parts. Chaque sociétaire s’engagera à respecter les statuts et la charte du GFA garantissant la poursuite d’un système d’agriculture bio et paysan. » Cette semaine, un document résumant la démarche avec un bon de souscription commencera à être diffusé, notamment auprès des adhérents des Amap où la Guilbardière commercialise ses produits. « Il y a déjà beaucoup de gens prêts à nous soutenir » se réjouit Mathieu. Reste à transformer cet enthousiasme en parts sociales sonnantes et trébuchantes, d’ici le 15 novembre, pour faire lever la graine du GFA dès le 1er janvier prochain !

    Informations et formulaire de souscription sur le site Internet : https://la-guilbardiere.jimdosite.com/ Réunion d’information à la ferme le 4 novembre à 20 h.