Actualités

Rando-découverte des habitats agropastoraux

La SEPANT, InPACT 37 et Terre de liens organisent une rando-découverte au départ de Panzoult, près de Chinon, le samedi 11 juin 2022 en matinée.

Au programme : une boucle d'une dizaine de kilomètres, avec quelques pauses "biodiversité". Vos guides vous présenteront les habitats agropastoraux traversés au cours de la randonnée. Il s'agit de milieux particulièrement riches en faune et flore. Il est urgent de les restaurer et de mieux les connaître !

Lire la suite...

Baisse d'adhérents en AMAP - échange sur la situation entre AMAP de la région

Plusieurs AMAP de la région nous ont fait part d'une baisse significative du nombre d'amapien.ne dans leurs AMAP. Il semble que cette problématique soit nationale et qu'elle ne concernent pas que les AMAP mais les circuits courts en général. 

Le réseau des AMAP de région CVL propose un temps d'échange autour de cette problématique en visioconférence le 30 mai de 18h30 à 20h.

visio AMAP situation

Au programme : échange sur les résultats du questionnaire, échange de pistes de solution, point sur les autres difficultés des AMAP.

Inscription obligatoire pour recevoir le lien ZOOM : https://bit.ly/3Pv3x7l

Contact - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évènement ouvert à toutes les AMAP de région CVL

L'AG d'InPACT Centre a eu lieu le 25 avril dernier sur la thématique de la participation citoyenne

L'Assemblé générale d'InPACT Centre a eu lieu le 25 avril dernier à Langon-sur-Cher. 25 personnes représentant 8 des 10 associations membres étaient présentes lors de cette journée.

Au programme : 

  • Co-construction d'un rapport d'activité des membres du réseau
  • Présentation des rapports d'activités et du rapport financier
  • Atelier sur la priorisation des actions 2022
  • Atelier sur la place de citoyen·nes au sein du réseau et des associations membres

    1

Crédit photo : InPACT Centre

 

10 propositions pour l’avenir des terres agricoles

Les terres agricoles représentent la moitié du territoire français.
Pourtant, la terre disparaît chaque jour sous le béton, elle se dégrade sous l’effet des activités humaines, elle est partagée dans des mains toujours moins nombreuses qui décident de sa destinée. Le défi du renouvellement des générations en agriculture n’a jamais été aussi grand.

Les candidat·es aux élections présidentielles doivent prendre la mesure de ces enjeux et agir de manière ambitieuse. Le nouveau quinquennat doit être celui d’une grande loi sur les terres agricoles, permettant de s’emparer du sujet dans sa globalité.
Tous les acteurs du monde agricole et de la société civile le demandent !

Capture décran du 2022 05 10 16 49 39

Proposition 1 : Concrétiser l’objectif de zéro artificialisation des sols


Sous le bitume, des terres agricoles
Pourquoi : Malgré les alertes incessantes, les surfaces de terre artificialisées en France progressent inexorablement. Les terres agricoles en sont les premières victimes, grignotées par les habitats qui s’éparpillent, les infrastructures destinées aux activités économiques et aux transports, qui fragmentent les paysages et déconnectent les habitats des animaux.
L’artificialisation est un phénomène aux conséquences quasiment irréversibles sur les écosystèmes. Face à l’effondrement de la biodiversité, au dérèglement climatique et aux crises sanitaires, il est urgent de la limiter drastiquement. Les réglementations actuelles ne permettent pas d’enrayer le phénomène.

Que faire ? Arrêtons de détruire les terres agricoles, notre patrimoine commun. Il en va de la sauvegarde de notre alimentation, du climat et de la biodiversité. Nous réclamons un moratoire sur tous les projets de rendre des terres constructibles sauf pour le logement social en zone tendue.

Proposition 2 : Privilégier l’agriculture écologique pour empêcher la dégradation des sols


Pourquoi : L’agriculture conventionnelle cherche à maximiser la production par l’utilisation importante d’intrants comme les engrais chimiques ou les pesticides.
Ces pratiques agricoles ne sont pas durables. Poursuivre dans cette voie, c’est hypothéquer définitivement la capacité de la terre à nous nourrir et à faire vivre les espèces animales et végétales qui en dépendent.

Que faire ? Faire de chaque nouvelle installation agricole un pas vers la transition agroécologique grâce à un dispositif de bonification fortement incitatif pour l’agriculture biologique, l’agroforesterie et les infrastructures agroécologiques. En savoir plus

Proposition 3 : Faire de la PAC un vrai levier de la transition agroécologique


Pourquoi : La Politique agricole commune (PAC) est le premier poste budgétaire de l’Union européenne et apporte des milliards d’euros à l’agriculture française. Si l’Union Européenne donne des orientations, c’est la France qui décide de comment sont réparties ces financements. Il est urgent de réorienter les aides au bénéfice des fermes petites et moyennes, diversifiées, de l’installation agricole paysanne et de la protection des écosystèmes.
Que faire ? Les petites fermes font vivre des paysans nombreux, nous nourrissent localement et protègent les terres et la vie qu’elles accueillent. La France peut et doit dans sa déclinaison de la PAC orienter encore plus d’aides vers ces petites fermes.

 

Proposition 4 : Susciter des vocations agricoles


Pourquoi : Pour reprendre les fermes, il faut des personnes formées et motivées à s’installer en agriculture. Plus de 20 000 personnes se portent candidates chaque année, mais moins de 15 000 s’installent réellement. Accéder à la terre est un parcours du combattant, surtout pour les projets en agriculture écologique. Si on veut relever le défi démographique de l’agriculture, il faut adapter le parcours d’installation au contexte actuel et rendre attractif les métiers de l’agriculture.

Que faire ? Mettre des moyens pour accompagner l’émergence des projets agricoles, adapter la politique d’installation à la diversité des profils et attentes des candidats, renforcer et multiplier les dynamiques multi-acteurs d’accompagnement à l’installation. Diriger les aides à l’installation vers les projets les plus écologiques, ou encore pour les démarches collectives et l’installation de femmes en agriculture. En savoir plus

Proposition 5 : Soutenir la transmission des fermes


Pourquoi : En 10 ans, 100 000 fermes et 80 000 emplois agricoles ont disparu, et la tendance semble loin de s’inverser. Il est urgent d’agir pour stopper cette hémorragie. Chaque départ à la retraite devrait permettre une, voire plusieurs installations.

Que faire ? Soutenir la transmission des fermes pour éviter qu’elles ne disparaissent en accompagnant les paysans et paysannes qui vont cesser leur activité à transmettre leur ferme : anticiper la transmission, trouver des personnes pour reprendre, préparer son projet après la ferme, etc.
Des solutions comme le portage foncier existent. Elles devraient être généralisées et appliquées massivement.

Proposition 6 : Faciliter l’accès aux terres à une nouvelle génération paysanne


Pourquoi : Les deux-tiers des personnes qui envisagent de s’installer en agriculture ne sont pas issues du milieu agricole. Ce qui signifie qu’elles ne disposent pas de terres familiales. Il faut donc revoir les politiques d’installation et mettre en place des dispositifs pour lever ce frein.

Que faire ? Maîtriser les coûts d’accès aux terres agricoles en conservant le statut du fermage qui permet l’encadrement des loyers et en renforçant la régulation du prix des terres. Les initiatives citoyennes non lucratives qui achètent des terres pour permettre à des paysans et paysannes aux pratiques écologiques d’y accéder doivent être soutenues par les pouvoirs publics. La loi doit permettre de lutter contre les sociétés qui spéculent sur les terres.

Proposition 7 : Lutter contre la concentration des terres


Pourquoi : Il y a de moins en moins de fermes en France, mais elles s’agrandissent. Entre 2010 et 2020, la surface moyenne d’une ferme est passée de 53 à 69 hectares. Des fermes plus grandes ne sont ni plus productives, ni plus écologiques. Cette concentration des terres s’accompagne d’une destruction d’emplois agricoles.

Que faire ? Limiter l’agrandissement excessif des terres.
Le contrôle public de l’accès à la terre et de leur prix est contourné par des montages juridiques qui permettent l’agrandissement sans fin des fermes et la spéculation foncière. Le contrôle de ces montages juridiques doit être drastiquement renforcé. En savoir plus

Proposition 8 : Mettre en place un observatoire de toutes les formes d’accès aux terres agricoles

Pourquoi : Il est aujourd’hui impossible de savoir qui sont les personnes vraiment propriétaires de terres derrière les sociétés qui possèdent du foncier.

Que faire ? Mettre en place un observatoire des marchés d’accès aux terres agricoles pour enfin connaître l’ampleur de l’accaparement des terres en France. En savoir plus

Proposition 9 : Nouvelle instance de régulation démocratique et transparente


Pourquoi : La France a une longue tradition de politiques foncières fortes, que nous souhaitons renouveler et faire vivre car il s’agit d’un outil puissant pour donner des orientations fortes pour l’avenir de nos territoires ruraux, de notre agriculture et de notre alimentation. Les instances de régulation elles-mêmes s’avouent limitées dans leur capacité à orienter l’accès à la terre en faveur de l’installation et de l’environnement.

Que faire ? Pour prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux du XXIe siècle dans une démocratie foncière, les instances qui régulent l’accès aux terres en France doivent développer une gouvernance des terres plus participative, s’ouvrir encore plus aux organisations citoyennes et environnementales et ne plus se tenir à huis-clos. En savoir plus

Proposition 10 : Redonner des moyens à la régulation des terres agricoles


Pourquoi : Avec la fin des dotations de l’Etat, les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) dépendent désormais de leurs activités commerciales immobilières pour financer leur fonctionnement. Dotées d’une mission de service publique, réguler et observer les marchés des terres agricoles, il est indispensable qu’elles aient les moyens de mener à bien cette mission.

Que faire ? Pour jouer leur rôle de régulation dans l’accès aux terres et de leur prix, les Safer ne doivent plus dépendre uniquement d’opérations commerciales rémunérées au pourcentage du prix des ventes. Leur mission de service publique nécessite des financements publics. En savoir plus

Ces propositions ont été développées par Terre de Liens avec différents partenaires : AGTER, les membres du Pôle InPACT et la plateforme Pour une autre PAC.

 

Le magasin de producteur.ices "Le Chardon" recrute une vendeur.euse en magasin

Contexte

Association loi 1901, Le Chardon est un magasin de producteurs Bio à Nogent-le-Rotrou. Autrement appelé « point de vente collectif », il est un lieu où des producteurs associés et déposants proposent aux consommateurs les produits provenant de leurs fermes. Il s'agit donc d'un magasin « auto-géré » par un collectif réunissant des producteurs de l’agriculture biologique, valorisant les productions du Perche en vente directe.

Lire la suite...

Le CPIE Brenne-Berry recherche un.e chargé.e de mission alimentation durable dans l'Indre

L’association Brenne-Pays d’Azay, labélisée Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) Brenne-Berry, association Loi 1901 créée en 1979, agit en faveur du développement durable et de la transition écologique des territoires par la sensibilisation, la mobilisation et l'éducation de tous à l'environnement. Le CPIE est également amené à accompagner acteurs publics et privés à une meilleure prise en compte des questions environnementales dans leurs projets.

Lire la suite...

Solidarité Paysan recherche des bénévoles pour les accompagnements

Suite à une recrudescence d'appels d'agriculteurs·trices en difficulté depuis quelques mois, l'association a besoin de nouveaux bénévoles pour assurer les accompagnements.

Acc SP

En effet, 16 accompagnements ont été initiés depuis janvier 2022 ! Ces nouveaux accompagnements sont situés dans les six départements avec une prédominance dans le Loiret. Il s'agit essentiellement d'élevage (5 bovin ; 4 ovin ; 2 caprin).

N'hésitez pas à en parler autour de vous, dans vos réseaux et entourages !

Vous pouvez joindre l'association au 02.54.46.49.44 ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

SP graphique

Plus d'articles...

  1. Le MRJC organise un camp chantier du 20 au 24 avril
  2. De ferme en ferme aura lieu les 23 et 24 avril, découvrez les parcours de la région !
  3. Terre de Liens : retour sur l'année 2021
  4. Bio Centre recrute un.e chargé.e de mission alimentation
  5. Le CIVAM du Carroir recherche un.e animateur.rice développement agricole et rural
  6. L'ADEAR 45 recrute un·e animateur·ice accompagnateur·ice en agriculture paysanne
  7. Terre de Liens publie son rapport « L'état des terres agricoles en France »
  8. Les inscriptions de vos animations au Printemps Bio sont lancées !
  9. Créer son activité économique en milieu rural ? Des ateliers pour passer de l'idée à la concrétisation
  10. Formation "Connaître et parler de Terre de Liens Centre-Val de Loire"
  11. De ferme en ferme 2022, plus que quelques jours pour s'inscrire !
  12. Bio Centre recherche une.e stagiaire chargé(e) d’étude de la filière bio d’approvisionnement de la RHD en région CVL
  13. InPACT 37 recrute un.e chargé.e de développement agricole territorial
  14. L'éco lieu La Filerie (41) rechercher deux services civiques
  15. Parlons peu, parlons pain !
  16. Formation - Comprendre les enjeux agricoles et fonciers en région CVL
  17. L'AFOCG 45 recrute un.e assistant.e de gestion / chargé.e de communication
  18. Réunion d'information - "Les ateliers de la création" pour créer son activité économique en milieu rural
  19. Participez à la tombola de noël d'Accueil Paysan !
  20. Le catalogue de formation de l'Atelier Paysan pour le grand ouest est disponible ! Saison 2021-2022